Ukraine, les couleurs de la liberté.

L’invasion par la Russie de l’Ukraine a sidéré le monde. Tous les états ont été amenés à prendre position par rapport à la guerre menée par la Russie. Certains, ils sont peu nombreux, soutiennent la Russie de Poutine, d’autres affichent leur soutien au régime du président Volodymyr Zelensky, d’autres comme la Chine « regrettent » l’invasion.

Vus de France, les réseaux sociaux n’illustrent qu’incomplètement le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Seules sont diffusées les marques de soutien au gouvernement légal. En examinant des milliers d’images depuis le début de l’invasion, je n’ai trouvé aucune image, aucun texte soutenant la décision du président de la fédération de Russie. A croire que personne en occident et ailleurs ne soutient Poutine ! A moins que ce soit les réseaux sociaux étasuniens qui censurent d’éventuels messages de soutien à l’armée russe. A moins que les états qui soutiennent l’Ukraine ne soient intervenus auprès des susmentionnés réseaux sociaux pour filtrer les messages ! Bref, le matériau dont je dispose étant celui véhiculé par Instagram et Facebook, je ferai ce qu’il est possible de faire : rendre compte par l’analyse des images et des œuvres de street art du conflit en Ukraine.

Mon premier épisode sera consacré au drapeau ukrainien.

Jamais je n’avais saisi avec autant de force l’importance d’un drapeau dans l’identité d’un peuple. Le drapeau de l’Ukraine rassemble des peuples différents occupant l’actuel territoire de l’Ukraine mais tous, sauf les républiques séparatistes du Donbass et de Lougansk, se reconnaissent dans le symbole de leur drapeau jaune et bleu.

 Ce drapeau bicolore a une histoire. Il apparait lors du Printemps des peuples de 1848 puis en 1917 lors de la proclamation de la République Populaire Ukrainienne. La bande jaune se trouve alors au-dessus de la bande bleue. Le drapeau ukrainien tel que nous le connaissons aujourd’hui, la bande bleue au-dessus de la bande jaune, est adopté en 1991 lors de l’indépendance du pays et le symbole est réactivé en 2004 par la création d’une fête du drapeau le 23 juillet, la veille de la fête nationale ukrainienne.

 Les Ukrainiens donnent à leur drapeau une signification symbolique : il représente les champs de blé de l’Ukraine et le ciel. C’est une allusion à l’Ukraine, « grenier à blé » de l’Europe, et une image qui évoque la paix et la sérénité.

Les couleurs du drapeau, dans le conflit, symbolisent l’Ukraine libre, une Ukraine qui, après la dissolution de l’U.R.S.S. en 1991, la révolution orange de 2004 et celle de Maïdan en 2014, se tourne vers l’occident. La première réponse des états soutenant l’Ukraine a été de projeter ces deux couleurs sur les murs de leurs institutions nationales, sur ceux de leurs sites les plus remarquables, sur les immeubles les plus hauts de leurs villes. Au-delà de la géométrie du drapeau ukrainien, ce sont les couleurs bleue et jaune qui portent un message de soutien au peuple ukrainien.  

Le dessin du drapeau est repris fréquemment dans l’ensemble des images de soutien et, de manière plus abstraite, dans d’autres plus récentes, ne sont gardées que les bandes jaune et bleue. La forme du drapeau, le symbole national, s’est dissoute dans de nombreux exemples. Les bandes jaune et bleue ne conservent que la couleur, excluant les contours et oubliant le dessin initial du drapeau. A l’heure où j’écris, le vendredi 4 mars, le jaune et le bleu se sont comme échappés des bandes du drapeau. Tout est coloré des couleurs de l’Ukraine, les portraits, les graffs, les photographies, sur tous les continents. En France, de petits rubans jaunes et bleus commencent à fleurir aux boutonnières des hommes et des femmes candidats à l’élection présidentielle, histoire de se démarquer de ceux qui, avant l’invasion de l’Ukraine, trouvaient en Poutine un modèle. Une façon de montrer à l’objectif photo et à la caméra qu’on est dans le bon camp. Lors de la réunion du Conseil de l’Europe à Strasbourg le 2 mars des parlementaires étaient habillés de jaune et de bleu.

Le jaune et le bleu du drapeau, couleurs héritées de l’héraldique nobiliaire slave, sont devenues en une semaine de guerre les couleurs de l’émancipation d’un pays, de la revendication d’un peuple à la liberté, du courage de David contre Goliath. Après l’orange de la Révolution de 2004, le bleu et le jaune représentent à elles seules la volonté farouche d’un peuple qui a choisi son camp, celui qu’on nommait pendant la Guerre froide, celui du « « monde libre ».


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s