Lettre ouverte au monsieur qui efface toutes les fresques politiques de Paris.

Monsieur (ou peut-être madame),

J’ai consulté avec attention le site dédié de la Ville de Paris et je n’ai pas trouvé le nom du service qui a en charge le nettoyage des fresques politiques peintes sur les murs de notre belle capitale, très justement appelée « La plus belle ville du monde ». J’y ai trouvé moult informations fort utiles sur la propreté et j’ai conclu que le recouvrement des fresques relevait de votre service.

A quelques mois d’échéances électorales qui voient s’opposer les programmes des candidats, je tiens à apporter mon actif soutien à votre action dont l’efficacité s’accroit d’année en année.

 En effet, alors que les fresques de la rue Ordener sont restées visibles pendant plusieurs semaines et que leur recouvrement n’a été que partiel, j’ai bien noté que celles de la rue d’Aubervilliers ont été masquées en quelques jours seulement. Une réactivité plus grande certes mais encore quelques erreurs dans le choix des fresques. Fort heureusement, les images les plus insupportables ont été cachées à la vue du public, les portraits de M. Christophe Dettinger en particulier, celui d’Adama Traoré, ceux des Gilets Jaunes éborgnés et j’en passe. Le street art est censé apporter des couleurs à notre Ville, distraire nos concitoyens. L’étalage des violences(?) policières et tout ce sang inquiètent plus qu’ils décorent. Seules quelques fresques ont échappé à la vigilance de vos agents. C’est dommage.

Apprenant de l’expérience, les fresques de la Poterne des Peupliers ont été comme il se doit promptement recouvertes de peinture grise avec des moyens à la hauteur de la provocation. Le gris des murs bordant la bretelle du boulevard Kellermann se conjuguant avec le gris de l’asphalte des trottoirs était du plus bel effet.

Concernant les peintures du mur de La Fontaine au Roi, je dois témoigner de mon étonnement. Peintes le samedi, effacées le lundi ! Le temps de réaction à la fois me surprend et me réjouis. Des soi-disant artistes peintres s’étaient autorisés à brocarder notre Président avec de bien vilaines caricatures.

J’ai deux reproches à vous adresser en toute amitié : la peinture blanche laisse transparaître ce qui est masqué (une épaisse couche de peinture grise eut été préférable) et vos agents ont oublié une caricature, certes peu ressemblante.

Je partage votre vision des choses. Les opinions politiques n’ont rien à faire sur les murs de notre ville. Ne laissons pas un art dégénéré gâter les murs de Paris. Un beau mur c’est un mur gris ou blanc. Chacun peut alors y projeter ce qu’il veut, des paysages bucoliques, des bouquets de fleurs, que sais-je, ce ne sont pas les sujets qui manquent !

Bien à vous,

Street art et trompe l’œil : un art du faux.

Je viens de comprendre, il était temps, que le street art est traversé par un puissant mouvement interne : la trompe-l ’-œil-mania.  Pour donner une idée du phénomène, prenons l’exemple du site www.trompe-l-oeil.info.  On y découvre à ce jour 12 000 photographies de murs et façades et 79 000 photographies de trompe l’œil. Une mode qui se répand à la vitesse des ondes électriques d’Internet et gagne tous les continents.

Voilà une bonne raison d’essayer d’y voir clair. Il convient tout d’abord de se mettre d’accord sur les mots. Trompe l’œil, 3 D, illusions d’optique ont ceci en commun que le regardeur croit voir ce qui n’est pas. En cela, il est victime d’une illusion. Son regard, croit-il, a été trompé. L’expression « illusions d’optique » renvoie à une approche scientifique du phénomène et les « illusions » ressortissent de la physique. Par contre, 3 D et « trompe l’œil » réfèrent plus généralement au monde des arts (sculpture, architecture, peinture, photographie etc.) C’est un procédé visant à créer, par divers artifices, l’illusion de la réalité (relief, matière, perspective), une technique de peinture, pour ce qui nous occupe aujourd’hui, qui consiste à représenter un objet du réel absent en nous faisant croire qu’il est là.

Il serait passionnant de raconter l’histoire du trompe l’œil dans la peinture. D’aucuns y voient l’essence même de la peinture : rendre présents par des traces graphiques un réel absent ou imaginaire. Seule la rupture de la peinture d’avec la représentation au début du XXe siècle, introduit dans ce continuum, un fossé.

Ce qui m’intéresse bien davantage c’est de comprendre pourquoi aujourd’hui dans l’art contemporain urbain on voit resurgir un procédé vieux comme le monde.

Centrons-nous sur le phénomène en lui-même. Un regardeur est trompé par un artiste et il se réjouit d’avoir été trompé !  Dit autrement, le regardeur a du plaisir à être dupé !

Une des conditions de l’illusion est la maîtrise des « artifices ». Un peu comme le magicien. Comme eux, les peintres doivent rendre invisibles les « artifices ». Quels sont ces artifices ? D’abord, la perspective. C’est elle qui donne l’impression que la surface devient volume. Que les deux dimensions du support, en fait, rendent compte d’une troisième. Les diverses perspectives sont enseignées dans les écoles d’art et là aussi, l’histoire de leur invention est riche d’enseignement. Notre œil de regardeur du XXIe siècle n’est pas celui du regardeur des « Très riches heures du duc de Berry », sans d’autres formes de procès, sans analyse aucune, nous « voyons » dans une représentation peinte volume et profondeur. Héritiers inconscients des conventions et des codes de la représentation picturale occidentale, nous les avons intégrés à un point tel que nous ne les « voyons » plus et qu’il faut un effort d’analyse des œuvres pour les donner à voir.

 Inconsciemment, nous conférons une troisième dimension aux représentations réalistes. Dans l’immédiateté d’un regard nous « voyons » des objets proches et d’autres plus lointains alors qu’il n’y a pas d’objets sur la surface de la toile. Nous admettons aussi, et entre autres, qu’un personnage en partie caché par un autre « existe » dans son entièreté. En fait, notre culture a créé des routines qui relient l’œil à l’intelligence en mettant entre parenthèses, en rendant inconscients, les mécanismes perceptifs, les artifices du peintre et les procédures de la cognition. En ce sens, nous pouvons avancer que notre culture, occidentale, en l’occurrence, a changé notre perception des œuvres. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder des œuvres appartenant à d’autres cultures. Notre ignorance des codes de la représentation change notre regard sur ces œuvres.  D’autres artifices renforcent le premier ; la représentation des ombres, le choix des couleurs etc. En fait, c’est la somme des artifices qui créent l’illusion.

Une question me taraude qui est centrale dans la réflexion sur le trompe l’œil à savoir comment expliquer la pérennité du trompe l’œil ?

La réponse est certainement plus simple que la question !  Le plaisir, tout bonnement, le plaisir. Celui d’être trompé.

C’est un plaisir de même nature que nous prenons quand nous voyons un tour de magie. Nous savons que la magie d’existe pas et que le magicien est un faiseur d’illusions. Nous savons que la jolie dame fort accorte qui nous a distrait le regard n’a pas été coupée en deux, que c’est une illusion.

Si l’illusion fonctionne, c’est que nous ne comprenons pas son fonctionnement.  La preuve en est que si nous connaissons les secrets d’un tour, l’illusion n’existe plus. L’illusion est le fruit de notre ignorance ! Je pense alors qu’il y a dans le plaisir de l’illusion, le plaisir du mystère.

Lettre ouverte à M. Arsouille de Nantes.

Monsieur,

Des amis nantais m’ont fait parvenir pour avis des photographies de votre intervention récente sur la grande fresque Black Lines. Comme vous avez eu la délicatesse de signer votre participation à l’événement artistique et que fâcheusement vous avez oublié d’indiquer vos coordonnées, je suis contraint de vous envoyer une lettre ouverte.

Je souhaite tout d’abord, notre mémoire est tellement oublieuse, publier les images de votre active apport à cette fresque revendicative.

Macadam

Un trait rouge peint à la bombe aérosol a été utilisé pour écrire et pour dessiner des symboles. L’écriture cursive étonne ; le lettrage n’a que peu de rapport plastique avec l’art de la calligraphie. Une seule couleur, rouge, dont on saisit d’emblée la symbolique, domine l’ensemble. Mon hypothèse est que ne possédant qu’une seule bombe aérosol que vous transportez dans un bagage, agissant nuitamment, la précipitation explique le peu de recherche apportée à votre œuvre. Il est regrettable que vous n’ayez pas eu la possibilité de participer avec les autres artistes à l’événement qui s’est déroulé le 11 et 12 janvier. Vous l’avez loupé de peu, votre intervention nocturne suivant de près la manifestation artistique et festive organisée par le collectif Black Lines et Nantes révoltée.

En tant que spécialiste de l’art contemporain urbain, je commenterai d’abord la forme avant de présenter quelques remarques sur le fond.

Venons-en à votre message qui est au cœur de votre intervention. N’ayant guère l’ensemble des référents, je suis dans une relative impossibilité de donner sens à votre œuvre. Pour ce que j’ai pu en voir vous écrivez « Mahomet tue », et dessinez à plusieurs reprises trois symboles qui méritent un court commentaire. Ce sont la Croix gammée, la Croix celtique et une rune tirée de la culture Viking. Votre allusion à la religion musulmane est explicite et bien qu’absurde, fausse. Vous confondez islam et islamisme politique ; il eut fallu vérifier le sens des mots avant de les écrire dans un espace public. Le swastika, comme vous le savez, est une référence à l’Allemagne nazie. La Croix celtique est revendiquée par les groupuscules d’extrême-droite, ceux-là même qui veulent sauver l’Occident. Quant à la rune d’Odon, elle était portée par les Jeunesses hitlériennes et plusieurs divisions SS.

L’ensemble laisse penser que vous revendiquez votre intervention au nom de groupes d’extrême-droite, suprématistes blancs, racistes. L’accumulation des signes est telle qu’il est difficile de ne pas croire à une mauvaise farce. J’espère que tout ceux qui découvriront votre participation au Black Lines saisiront le deuxième degré et votre humour. De plus, « toyant » les œuvres, les vandalisant, de mauvais esprits pourraient penser que vous apportez votre soutien aux violences de la police et au gouvernement dont elle est le bras armé.

Les 10 artistes qui ont répondu à l’appel des organisateurs ont peint des œuvres de qualité avec un évident souci de très bien faire. Leurs œuvres témoignent de valeurs morales et de choix politiques. Un superbe lettrage appelle à la paix et à la concorde tandis que les autres fresques condamnent les violences policières dont la réalité est attestée par l’exécutif lui-même, la justice, l’ensemble des médias français et étrangers. Toutes les œuvres que je vous invite à mieux examiner promeuvent une profonde évolution politique pour que s’imposent enfin le respect, la tolérance, la lutte contre les inégalités sociales.

Pour votre information personnelle, sachant que la nuit, pressé par l’urgence, seul avec une bombe à la main, il est difficile de bien saisir le message fort des œuvres, je joins à ma lettre quelques photographies.

Bien à vous,

Luje
Mth Plume
TAY
Macadam

Ozmo et la lutte contre le sida.

Le Mur 12 a apposé un cartel à droite de la fresque d’Ozmo pour présenter l’œuvre : « Pour la 12e fresque du Mur du 12, et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre le sida du 1 décembre 2019, l’artiste italien Ozmo réalise une fresque en hommage au peintre flamand Rubens et de son œuvre San Sebastiano, patron de la lutte contre les épidémies ».

 La fresque d’Ozmo nous interroge : Quel est le rapport entre la lutte contre le sida et saint Sébastien ? Pourquoi ce trait rouge qui traverse toute l’œuvre ? Quid de ces petits personnages de cartoons qui détonnent dans une représentation religieuse ?

Détail du visage de saint Sébastien.

Saint Sébastien est un martyr chrétien qui survécut à la sagittation[1]. Comme un grand nombre de saints, saint Sébastien était adoré comme protecteur de la peste. La corrélation entre flèche et peste peut nous sembler étonnante aujourd’hui. Les flèches du supplice étaient associées à la propagation des maladies contagieuses car on pensait que les miasmes se propageaient dans l’air, comme les flèches. De la peste qui ravagea le moyen-âge, par extension, Saint Sébastien fut réputé protéger des maladies. Toujours par extension, aujourd’hui, le culte du saint perdure auprès des catholiques homosexuels qui le revendiquent comme saint patron et intercesseur au grand dam de l’Église apostolique et romaine. Il est vrai que depuis la Renaissance et surtout le début du XIXème siècle, Saint Sébastien est un symbole homoérotique et une icône homosexuelle.


[1] Mise à mort par tir à l’arc.

Détail du buste du saint.

Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’Ozmo, qui à plusieurs reprises a représenté saint Sébastien, a, en toute connaissance de cause, choisi de peindre le saint patron des homosexuels, population particulièrement touchée par l’épidémie.

Notons au passage que l’hommage d’Ozmo n’est pas une reproduction à l’identique de son modèle. De nombreuses différences existent qui ne sont pas des détails. D’abord (ceci est une évidence) saint Sébastien a été couché pour prendre en compte la forme du mur bien sûr mais aussi et plus sérieusement parce qu’Ozmo est coutumier du procédé. Mettre à l’horizontale une image iconique c’est la faire descendre de son piédestal et, en quelque sorte, renverser la statue du Commandeur, désacraliser les images sacrées. De plus, il modifie la position des bras et des mains, réduit le périzonium, pixellise le visage, inverse la cambrure du corps. Par contre, l’artiste s’est efforcé de reproduire ce que je désignerais comme « l’identité visuelle » de Rubens, dans le jeu des ombres et des lumières et une forme « classique ».

Personnages représentant le virus vaincu.

Si l’audace est de peindre une icône gay pour combattre le sida, Ozmo veut témoigner de sa fidélité au modèle, le tableau de Rubens. Il apparait de cette manière comme une référence culturelle explicite.

Venons-en à ce grand trait rouge qui enveloppe le corps de saint Sébastien sans le traverser. J’y vois une référence claire au ruban rouge qui symbolise la lutte contre le sida. Quant aux petits personnages de cartoons, ils sont, peut-être, les virus qui se carapatent, fuyant le corps soigné. Un clin d’œil de l’artiste à ses premières productions, une façon à la fois de s’approprier le tableau de Rubens et de dédramatiser la scène du martyre.

Venons-en à ce grand trait rouge qui enveloppe le corps de saint Sébastien sans le traverser. J’y vois une référence claire au ruban rouge qui symbolise la lutte contre le sida. Quant aux petits personnages de cartoons, ils paraissent fuir la terrible maladie. Un clin d’œil de l’artiste à ses premières productions, une façon à la fois de s’approprier le tableau de Rubens et de dédramatiser la scène du martyre.

Le visage du martyr chrétien a été comme pixellisé. Là aussi clin d’œil entre le classicisme du tableau modèle et le procédé moderne qui sert à gommer l’identité d’une personne. On peut y voir la marque d’un miroir ; toi, le regardeur, tu pourrais être à la place de saint Sébastien. Le corps est anonyme donc il peut potentiellement être le corps de tout le monde.

Exemple de pixellisation.
Le martyre de saint Sébastien par Rubens.
Le martyre de saint Sébastien par Reni Guido.

Si la fresque d’Ozmo est originale dans la production française, elle ne l’est pas dans la production de l’artiste. Les sujets religieux, plus précisément, chrétiens, encore plus précisément, les représentations des œuvres les plus universellement connues sont pour l’artiste un terrain de jeu. Un jeu sur les formes, un jeu également sur la réinterprétation des lectures.

L’œuvre d’Ozmo est, avant d’être un hommage au tableau de Rubens, une œuvre pour que chacun se sente concerné par la lutte contre le sida. Une « œuvre de combat » dirons-nous, dont l’intérêt est la prégnance de l’iconographie religieuse dans le street art.

Photographie de Pierre et Gilles.
Mural d’Ozmo.
Un saint Sébastien d’Ozmo.
Saint Sébastien d’Ozmo.

Censure à Paris. Petits arrangements entre amis.

Le 4 et 5 janvier 2020, War a peint sur le mur Oberkampf une fresque politique d’une grande violence visuelle. La fresque est une illustration d’une citation tronquée d’Adam Smith : « Tout pour nous et rien pour les autres » voilà la vile maxime qui paraît avoir été dans tous les âges, celle des maîtres de l’espèce humaine. »

La scène représente une curée : trois vautours dévorent une proie encore saignante. Sous un ciel gris, « bas et lourd comme un couvercle », sur une herbe jaunie par la canicule, trois vautours, terminent de se rassasier des derniers lambeaux de chair d’un animal dont il ne reste que quelques côtes. Deux rapaces surveillent d’éventuels concurrents pendant qu’un autre s’apprête à arracher le peu de viande attachée encore aux os.

Le M.U.R. Oberkampf, War!

War!

La citation d’Adam Smith impose une lecture politique : le capitalisme est fondé sur l’accaparement des richesses pour ceux qui détiennent le pouvoir économique et politique. La chronologie actualise le message. Alors que la France connait le plus long conflit social depuis 1968, un artiste sur un mur « autorisé » peint une fresque de 3 mètres sur 2 qui propose une lecture politique du conflit. La réforme des retraites s’inscrit dans la problématique plus générale de la répartition des richesses. La réforme complète un arsenal législatif et fiscal dont le but est de confisquer les richesses au profit de quelques-uns.

A cette lecture univoque d’une évidente clarté correspond la force plastique de l’œuvre. La composition est d’une grande rigueur géométrique. Un rectangle divisé en six parties : divisé par le milieu dans le sens de la hauteur, le ciel et la terre ; la partie inférieure est divisée, elle, en six espaces, deux vautours à gauche, la carcasse décentrée encadrée par un troisième rapace.

Portrait de War!

La force de l’organisation de l’espace est magnifiée par une « touche » atypique. La fresque a été peinte par War avec un rouleau étroit utilisé non pour peindre des aplats monochromes mais bien davantage pour peindre des « touches » d’une peinture épaisse. Composition et manière de peindre concourent à faire de cette scène, après tout, animalière, une œuvre violente. A cette violence de la forme correspond la violence de l’exploitation capitaliste. Cruauté d’une scène de dévoration par des charognards, violence des images, violence du message, dans une séquence politique d’une extrême dureté et pourtant, la fresque échappe (et c’est tant mieux !) à la censure.

Portrait de Christophe Dettinger, Black Lines.

Difficile de ne pas faire un parallèle entre la fresque de War et les dizaines d’autres peintes dans le cadre, informel, des Black Lines. Pourquoi deux Black Lines, le premier, rue d’Aubervilliers dans le 19e arrondissement et le second boulevard Kellermann ont été censurés ?

Vince. Black Lines.

Est-ce la qualité des œuvres qui fait pour le censeur la différence ? Personne n’oserait contester les talents de Lask, Vince, Itvan K., Magic, Ernesto Novo, Mickaël Péronard et de son frère. Et de tant d’autres !

Examinons les arguments donnés par voie de presse par les censeurs. Le Service de nettoyage de la Ville de Paris dit avoir agi sur réquisition du préfet de Paris parce que des riverains ont manifesté leur mécontentement au vu des œuvres. Argument commode et invérifiable. Ce serait dans ce cas de figure une première : des œuvres de street art censurées parce qu’elles ne plaisent pas aux riverains !

Certes la fresque de War est peinte sur un support, un ancien panneau publicitaire, mis à la disposition de l’association qui gère le mur Oberkampf par la municipalité ; les Black Lines étaient en « vandale ». Une différence de statut du support qui ne change pas le problème à considérer qu’il y a « outrage ».

Lask, Black Lines.
Itvan K. Black Lines.

« La Vérité est ailleurs » et n’est même pas cachée au fond d’un puits ! Pour connaître les objectifs cachés des censeurs, il suffit de faire l’inventaire des œuvres censurées et celui des œuvres non censurées. Tous les portraits des figures du mouvement des Gilets Jaunes ont été censurées (Jérôme Rodriguès, Christophe Dettinger etc.), toutes les œuvres illustrant des violences policières et cela de façon systématique.

 Au plus fort du mouvement des Gilets jaunes, il ne fallait pas fournir des images de « héros » et, dans le même temps, occulter les images qui symbolisaient l’ampleur et la puissance de la révolte (la « Marianne » fracassée, l’Arc de Triomphe etc.). Par ailleurs, une extrême vigilance a été apportée à la représentation des violences policières. Pour une raison simple, il n’y a jamais eu de « violence policière » et tolérer des images illustrant la répression des forces de l’ordre était donner une existence à ces violences.

Pour les puissants, les grèves des transports ne menacent pas les fondements de l’État et la nature du système économique. Dans ce contexte, dans un cadre réglementé, laisser s’échapper un peu de vapeur de la cocotte-minute est un exutoire utile. D’autant plus que la très célèbre citation d’Adam Smith n’a plus, en 2020, le sens qu’elle avait en 1776.

Alors deux poids, deux mesures ? L’application de la loi dépend des contextes politiques dans lesquels s’inscrivent les œuvres. Le Pouvoir peut choisir de s’accommoder des œuvres ; si ça l’arrange. Il peut aussi choisir d’appliquer la loi dans toute sa rigueur ; si ça l’arrange.

Somme toute, la censure est une suite de petits arrangements entre amis.

Portrait de Jérôme Rodriguès, Magic. Black Lines.

Écrire sur les murs.

Les « marronniers » changent comme l’arbre éponyme en fonction des saisons. Pas de rentrée des classes sans micro trottoirs sur les enfants contents de retrouver leurs copains et ceux qui chialent, désespérés par tant de cruauté. Tous les Noël, on vous dit tout (la crèche, les Rois Mages, l’étoile filante, le père Noël etc.). Le jour de l’an, vous aurez droit à l’histoire des calendriers. Ajoutons, le marronnier des impôts, les départs en vacances, les morts sur les routes etc.

Entre les marronniers qui jalonnent notre année, des informations de la plus haute importance qui obligent la convocation de spécialistes : la grippe l’hiver, la canicule l’été, le réchauffement climatique en toute saison. Bien sûr, il reste de la place pour des infos qui reviennent en boucle : un massacre aux Etats-Unis, la sanglante répression d’un Printemps, un scandale politique ici ou ailleurs.

Notre temps est rythmé par la succession des nouvelles, pas vraiment nouvelles. L’une d’entre elles revient comme la comète de Halley, et elle est bonne, je dirais même excellente, car elle fait peur : la disparition de l’écriture. Les responsables d’après les susdits spécialistes seraient les images (de tous les écrans), l’oral qui se substituerait à l’écriture grâce aux nouveaux médias, l’extrême difficulté orthographique du français, une rétroaction de la diminution de la lecture.

Je vois déjà les gros titres des magazines « Vos enfants écriront-ils encore dans 50 ans ? » ou une variante « Après une histoire de 5000 ans, l’écriture disparait comme Venise sous les eaux ». C’est beau, mais c’est faux.

David Selor

Les contraintes du billet (qui est ce qu’est la nouvelle au roman) ajoutées aux limites personnelles de mon savoir, m’amènent à réduire comme une tête Jivaros le sujet aux rapports entre l’écrit et la représentation dans le street art.

Bien sûr, quand on pense art contemporain urbain ce sont des images qui s’imposent. Des images de graffs, de fresques, de murals. Pourtant le graffiti d’aujourd’hui porte encore les marques de son origine étymologique. Le Larousse le définit de la manière suivante : « Inscription ou dessin griffonné par des passants sur un mur, un monument, etc. Inscription ou dessin, de caractère souvent satirique ou caricatural, tracé dans l’Antiquité sur des objets ou des monuments. (Parmi les plus révélateurs, citons les inscriptions politiques de Pompéi, les comptes sur les tessons de la Graufesenque, etc.) »

L’écriture est fille du dessin. Jusqu’à un certain point. Le point où une société donnée décide qu’un signe qui n’est pas un dessin représente un son (ou un concept, une idée). Alors l’écriture vit sa vie et s’écarte de la représentation. Reste qu’écriture et dessin ont partie liée, l’une ayant une influence sur l’autre. Et vice versa.

Je vous fais grâce d’une intéressante digression sur les rapports entre calligraphie et lettrage, entre lettrage et invention d’un alphabet graphique mêlant des alphabets ou s’inspirant de leurs formes.

Ce qui aujourd’hui ne cesse de m’étonner est la vigueur, la force de l’écriture sur les murs de nos villes. La présence de nombreuses phrases peintes sur les murs un peu partout dans le monde, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Europe, en Asie interroge. Que disent ces phrases ? Elles parlent d’amour, de politique, et des grandes questions qui secouent les consciences : liberté individuelle et société de surveillance, le réchauffement climatique, l’écologie, la lutte des femmes pour l’égalité, l’humour. Bref, quelques mots peints, parfois un pochoir tout simple à une ou deux couleurs, pour dire nos craintes et nos espoirs.

Banksy

En peignant ces phrases, parfois quelques citations, des vraies et des fausses, les street artistes ont changé le statut du graffiti. La phrase « soutenue » par un personnage dit les grandes problématiques qui traversent toutes les sociétés développées. Son écriture (faut-il dire sa peinture ?) est devenue en soi une œuvre d’art. Nombre de ces phrases sont culte et ont été reproduites par l’imprimerie sous forme de posters. Posters, qui non seulement « décorent » les chambres des jeunes gens mais qui « affichent » leur corpus d’idées. Car c’est non seulement les mots de la phrase qui sont culte mais également l’image de ces mots peints sur le mur.

Il faut bien convenir qu’en ce domaine Banksy est passé maître. Des pochoirs rudimentaires d’un point de vue technique mais des mots qui résonnent au tréfonds de nos consciences et une mise en scène qui donne le beau rôle au langage.

Il ne s’agit pas d’une revanche du langage sur l’image (l’histoire de la peinture illustre la proximité qu’ont entretenu peinture et écriture) mais d’un art nouveau fruit des amours entre écriture et représentation. Une forme d’art urbain que nous intégrons dans le grand fourre-tout conceptuel du street art. Un art qui prend en charge l’aspect formel de l’écriture et la puissance du langage écrit. Un genre de mélange entre beauté calligraphique et prise de conscience de la force des mots.